GMAO, canicule et maintenance ferroviaire

En raison du changement climatique, ces dernières années ont été marquées par des périodes de canicule et de fortes chaleurs à répétition, qui entraînent de nombreuses perturbations : ces hausses des températures ont par exemple des effets désastreux sur la santé, la productivité ou encore les transports. En période de canicule, les déplacements deviennent par conséquent plus difficiles : foule, retards, embouteillages, malaises, coups de chaleur… Lorsque l’industrie ferroviaire est confrontée à la contrainte thermique, c’est tout le transport de biens et de personnes qui s’en trouve paralysé et seules les équipes de maintenance sont capables de rétablir la circulation. Même en cas de températures extrêmes, ces dernières veillent au bon fonctionnement des machines à l’aide de logiciels de GMAO (gestion de la maintenance assistée par ordinateur), alimentés par un flux d’informations en temps réel et véritables supports de mise en place de stratégies de maintenance.

1. Coup de chaud dans l’industrie ferroviaire

On appelle canicule toute période d’au moins trois jours pendant laquelle la température est plus élevée que les normales de saison avec une faible amplitude thermique. Les canicules ont parfois des conséquences redoutables sur les machines, et certains secteurs y sont particulièrement vulnérables. L’industrie ferroviaire est par exemple l’une des premières à souffrir de la chaleur puisque la hausse des températures entraîne, entre autres, des retards importants.

Dilatation des rails

Pendant les périodes les plus chaudes de l’année, les rails font l’objet d’une surveillance accrue afin de repérer immédiatement le moindre défaut de maintenance et de réagir en conséquence. Les installations ferroviaires sont particulièrement vulnérables face aux températures élevées, puisque celles-ci peuvent provoquer une déformation des voies, qu’on appelle gauchissement. Celui-ci peut se produire lorsque les rails sont exposés à une température ambiante supérieure à 30°C et soumis aux forces exercées par le passage d’un train. En effet, une telle chaleur fait monter la température du rail jusqu’à ce qu’il se dilate et s’allonge, ce qui entraîne un déplacement latéral de la voie et un risque de déraillement. L’écart entre la température ambiante et la température du rail peut alors dépasser les 20°C !

gmao-flux-d'actualités

Toutes les actualités relatives aux interventions en cours sont disponibles depuis le fil d'actualités de l'application mobile Mobility Work (disponible sur iOS et Android).

Essayer gratuitement notre application de maintenance

Dans ces conditions, la dilatation du rail peut provoquer une panne des aiguilles, couramment appelées aiguillages et composées d’une partie fixe et d’une partie mobile, laquelle permet aux trains de changer de voie. Si le rail se dilate trop, la partie mobile se bloque, empêchant ainsi les trains de passer d’une voie à une autre. Le système de sécurité permet de maintenir l’aiguille dans une position fixe lors d’une panne du mécanisme afin de diminuer les conséquences sur le trafic.

Équipements électroniques

Les infrastructures ferroviaires réagissent différemment sous l’effet de la chaleur. La caténaire par exemple, constituée d’un ensemble de conducteurs en cuivre qui alimentent les trains grâce à un pantographe, risque de subir une dilatation thermique. Dans ce cas, le fil de contact s’affaisse et le pantographe risque non seulement de se déconnecter mais aussi d’arracher le câble haute tension, qui risque de toucher le train.

Par ailleurs, le recours croissant aux appareils de régulation de la température (climatisation, ventilateurs, etc.) a un impact sur le réseau électrique et peut entraîner des surchauffes, des incendies ou encore des pannes d’électricité. En effet, tous les composants électriques sont sensibles à la température puisque celle-ci influence la vitesse à laquelle les électrons se déplacent : les circuits électroniques fonctionnent ainsi mieux par faible température.

Toute surchauffe est susceptible d’entraîner une panne des systèmes électriques, qui peut elle-même engendrer toute une série d’autres incidents techniques telle qu’une panne de signalisation sur les voies ou de climatisation à bord d’un train.

2. Maintenance ferroviaire et GMAO

Chaque été apporte son lot de difficultés pour l’industrie ferroviaire, qui reste à l’affût de nouvelles solutions pour endiguer les effets de la hausse des températures sur ses infrastructures. Face au réchauffement climatique, les acteurs du secteur adaptent leur stratégie de maintenance et investissent alors dans de nouvelles technologies.

Maintenance préventive

Les sociétés ferroviaires s’en remettent à la maintenance préventive et aux logiciels de GMAO pour prévenir les incidents liés à la chaleur. Tous les ans, les services de maintenance entreprennent des tâches de maintenance spécifiques en prévision de l’été. C’est notamment le cas de la SNCF qui réalise une opération « ATS » (Autres Travaux Systématiques avant Saison Chaude) d’avril à juin dans le cadre de son plan « Fortes chaleurs ». Grâce à une GMAO comme Mobility Work, les utilisateurs peuvent créer des plans de maintenance annuels afin d’être notifiés des tâches saisonnières qu’ils doivent réaliser. De surcroît, les techniciens peuvent choisir la fréquence des tâches : quotidienne, hebdomadaire ou annuelle.

mobility-work-checklists-de-maintenance

Avec notre plateforme de gestion de la maintenance, utilisez les checklists pour gérer vos priorités et organiser vos journées de travail

Planifier une visio gratuite

Lors de ces opérations de maintenance spécifiques, la priorité est donnée au maintien des systèmes de refroidissement et aux équipements de climatisation (filtres, circuits de réfrigération, compresseurs, etc.) afin d’éviter la surchauffe des composants. C’est pour cette raison que les techniciens de maintenance ont recours à des capteurs et à la thermographie infrarouge.

Ces solutions leur permettent de mesurer la température de composants électriques ou d’éléments fragiles et de récolter des données qu’ils peuvent ensuite directement analyser dans Mobility Work. Le logiciel est en effet doté d’un outil analytique qui recueille toutes les données que vous aurez enregistrées pour les présenter sous forme de graphiques et vous permettre d’analyser les problématiques récurrentes auxquelles les équipes font face.

En prévision des pannes liées aux fortes températures, les entreprises du secteur ferroviaire refont le stock d’archets de pantographe, d’équipements de climatisation et de pièces de refroidissement des moteurs et transformateurs. En parallèle, les équipes de maintenance testent et examinent minutieusement l’état de tous les systèmes électroniques embarqués, en apportant un soin particulier aux systèmes de ventilation des armoires électroniques. Lors de ces inspections, tous les équipements sensibles à la chaleur sont identifiés et surveillés de près dans la GMAO.

C’est à cette période que les équipes de maintenance prennent les précautions nécessaires pour protéger les infrastructures contre les conséquences de l’exposition aux fortes températures, notamment le gauchissement de la voie. Pour ce faire, les techniciens inspectent régulièrement la voie et surveillent son évolution : ils peignent, traitent et renforcent les rails avant l’été afin de diminuer le risque de déformation ou de dilatation des rails.

Par ailleurs, l’usage de ballast pour aussi entraîner un gauchissement des voies. Pour limiter les risques, les équipes de maintenance ferroviaire se servent de leur application de gestion de la maintenance et y créent des checklists lorsqu’ils inspectent la voie pour évaluer l’état des divers éléments (joints, ballast, traverses…). Les solutions de GMAO nouvelle génération, à l’image de Mobility Work, sont mobiles et accompagnent les techniciens sur le terrain, qui peuvent suivre lesdites checklists, prendre des photos des équipements et réaliser les tâches répertoriées dans leur outil en quelques secondes.

Normes ferroviaires

Les acteurs du secteur ferroviaire multiplient les inspections de leurs infrastructures puisqu’ils doivent se plier à des règles strictes en matière de qualité et de sécurité s’ils veulent se conformer à la législation en vigueur. Ils doivent par exemple acquérir la norme ISO/TS 22163, qui décrit les « exigences liées au système de management de l'activité à destination des organismes ferroviaires » et celles propres aux « applications dans le secteur ferroviaire ». Cette industrie est avant tout un secteur qui fonctionne par projet, mettant ainsi l’accent sur la sécurité. La norme précédemment citée améliore donc la gestion de projet et garantit un niveau de qualité élevé en termes d’infrastructure, d’équipement et de service.

outil-analytique-tableau-de-bord-mobility-work

Retrouvez un outil d’analytique dans Mobility Work pour analyser toutes vos données de maintenance et adapter votre stratégie

Essayer gratuitement notre application de maintenance

Le rôle des audits est essentiel puisqu’ils permettent d’évaluer la conformité d’une entreprise par rapport aux normes applicables or, bien souvent, plus les exigences sont élevées, plus les audits sont source de stress. Néanmoins, l’utilisation d’un logiciel de gestion de la maintenance fiable et intuitif est un atout majeur puisqu’il facilite la réussite des audits : l’outil permet de centraliser les informations et d’améliorer la traçabilité comme la transparence des activités.

Dans ce secteur, tout salarié, selon ses fonctions, doit être au moins sensibilisé ou connaître les normes relatives à la gestion de la maintenance et à la sécurité. Celles-ci sont ainsi compilées dans des documents techniques qui servent de référence aux technicentres. Grâce à Mobility Work, ces documents techniques peuvent être téléchargés sur la plateforme communautaire pour que chaque membre de votre réseau puisse en prendre connaissance. Dans une industrie où pertes d’informations et malentendus sont monnaie courante, le logiciel permet de centraliser et de fluidifier la communication.

3. Mobility Work à fond de train

Avec plus de 30 000 km de réseau en France, l’industrie ferroviaire est un secteur dynamique et mobile. L’une de ses caractéristiques majeures est l’étendue géographique de ses actifs : ils sont répartis sur tout le territoire et les trains sont toujours en déplacement. C’est dans ce contexte que les logiciels de GMAO interviennent pour optimiser la communication et résoudre les problématiques de maintenance au plus vite. Les équipes de terrain ont besoin d’une solution mobile, intelligente et collaborative qui permette de suivre l’évolution des équipements.

La GMAO Mobility Work est la première plateforme communautaire de gestion de la maintenance, capable de centraliser et gérer toutes les activités au sein d’une seule et même application disponible en mode SaaS, sur smartphone (iOS et Android), tablette et ordinateur. Grâce à cet outil, les utilisateurs font partie d’une véritable communauté de professionnels ce qui leur permet de communiquer, d'échanger des conseils et des bonnes pratiques, même lorsqu’ils se trouvent sur des sites différents.

Par ailleurs, un utilisateur peut se connecter à la plateforme pour accéder au fil d’actualités, qui lui permet de visualiser toutes les tâches sur lesquelles il a travaillé ainsi que celles de ses collègues. Inspiré des réseaux sociaux, celui-ci rassemble et garde une trace de toutes les informations du réseau : demandes d’intervention, activités de maintenance, ajouts de pièces détachées, etc. Cette fonctionnalité assure la traçabilité des opérations, une dimension essentielle pour les sociétés ferroviaires dont les technicentres et dépôts sont répartis sur l’ensemble du territoire.

À cause de ce déplacement constant des trains, les techniciens ne travaillent que très rarement sur les mêmes équipements, ce qui peut engendrer des difficultés pour obtenir l’historique des opérations réalisées et des incidents survenus sur un actif. Mais grâce à l’ajout de puces NFC ou de QR codes sur ceux-ci, les utilisateurs de la GMAO Mobility Work accèdent en quelques secondes, dans l’application, aux informations relatives aux équipements. Cet accès rapide à l’information et aux historiques d’interventions facilite la collaboration et optimise les opérations de maintenance.

Dans une industrie où chaque retard engendre une perte financière conséquente, les équipes doivent instaurer des processus fluides. Ainsi, les logiciels de gestion de la maintenance nouvelle génération optimisent l’échange d’informations entre les techniciens et améliorent par là même les temps de réponse des équipes de maintenance. Dans Mobility Work par exemple, les membres du réseau assignés à une tâche sont avertis par notification dès qu'une information est renseignée sur la fiche.

Enfin, l’outil analytique de Mobility Work aide les responsables maintenance à analyser les données de leurs équipements afin de prendre les meilleures décisions au moment opportun et d’optimiser la distribution des ressources. Par exemple, une société ferroviaire peut installer des capteurs pour surveiller la température de ses actifs et les connecter à son logiciel de gestion par API publique. Une fois connecté, l’outil analytique reçoit les données du capteur en temps réel et le représente sous forme graphique dans l’onglet Tableau de Bord. Les utilisateurs peuvent suivre l’évolution de leur équipement, voire même être notifiés dans leur solution de gestion lorsque la température dépasse un seuil prédéfini afin de réagir immédiatement.

Pour conclure, les pannes liées à la chaleur peuvent être source de nombreuses perturbations pour les dizaines de milliers de voyageurs et générer des coûts financiers considérables pour les entreprises du secteur. À mesure qu’augmentent les températures et que se succèdent les vagues de chaleur, les outils de GMAO issus de l’industrie 4.0, comme Mobility Work, sont d’une grande aide pour en atténuer l'effet sur toutes les installations et infrastructures.