Indsutrie du futur et conduite du changement

L’industrie du futur est faite de machines intelligentes capables de résoudre les défis de l’automatisation. Elle est faite de systèmes hybrides, connectant actifs physiques et réseaux numériques grâce à l’Internet des Objets (IoT), autant que d’outils d’analyse prédictive mis au service de la production et de la maintenance.

Les modes de production et de consommation se métamorphosent à mesure que progressent ces nouvelles technologies. L’industrie manufacturière est aujourd’hui rythmée par les interactions constantes entre machines et individus. Les perspectives de performance sont à la mesure des possibilités d’applications. Néanmoins le potentiel de l’industrie du futur ne peut être pleinement réalisé que si chaque acteur de la chaîne de valeur accepte la nécessaire transformation que celle-ci implique. 

L’industrie du futur se prépare dès aujourd’hui 

Les changements inhérents à l’industrie du futur

Ces dernières années nous ont prouvé que le secteur industriel était particulièrement sensible à l’émergence de nouvelles technologies.

D’une part, c’est tout un écosystème qui est modifié par l’omniprésence de ces outils nouvelle génération. Les habitudes de consommation, d’abord, ont évolué à un rythme encore inégalé au cours de la dernière décennie. Les consommateurs se tournent de plus en plus vers des produits « sur mesure », forçant les fabricants à faire preuve d’une grande flexibilité et à repenser leur modèle de production.

Sur le marché, les dynamiques concurrentielles, elles aussi, sont altérées. De nouveaux acteurs apparaissent, propulsés par des outils innovants et abordables, menaçant les status quo. Les leaders doivent se réinventer s’ils veulent conserver leur position.

D’autre part, c’est l’organisation des usines elle-même qui est bouleversée. Partagés entre l’injonction à la flexibilité pour satisfaire une demande fluctuante et l’exigence de performance pour subsister dans un contexte toujours plus concurrentiel, les industriels réinventent l’organe de production.

Progressivement, les usines se restructurent autour de solutions nouvelle génération. L’industrie du futur s’affranchit d’un modèle vertical et linéaire de la supply chain, au profit d’une organisation circulaire. Grâce à la robotique, aux capteurs intelligents, ou encore à l’analyse de données, l’information circule librement au sein de l’entreprise sous forme d’un flux cyclique :

  1. Les opérateurs collectent des informations relatives aux équipements, aux stocks ou au flux matériels à l’aide de l’IoT (Internet des Objets), et en créent une copie virtuelle. La grande majorité des entreprises aujourd’hui collectent systématiquement leurs données grâce à leur CRM, leur ERP, ou encore leur GMAO (gestion de la maintenance assistée par ordinateur). En développant la GMAO Mobility Work, notre volonté était d’aider les entreprises à exploiter tout le potentiel de leurs données au service de leurs équipes de maintenance.

industrie-futur-gmao-maintenance-industrielle

Suivez toutes vos opérations de maintenance à l'aide d'un outil mobile et intuitif

Essayer gratuitement notre application de maintenance

  1. Les données sont partagées et analysées par de puissants algorithmes, afin d’en extraire des informations stratégiques pour l’entreprise ainsi que pour la continuité et l’optimisation de ses activités et process.
  2. À partir des résultats de ces analyses, les dirigeants sont en mesure d’entreprendre des actions concrètes pour l’avenir de leurs services. À terme, chaque décision stratégique sera fondée sur un ensemble de données concrètes et d’analyses prédictives, et non plus sur des projections abstraites.

Malgré son impact positif sur leur performance opérationnelle, un grand nombre d’entreprises déclarent ne pas procéder assez régulièrement à l’analyse approfondie de leurs données. Il ne suffit pas, en effet, de collecter ses données au niveau du terrain pour réussir sa transformation numérique. Entrer dans l’industrie du futur nécessite d’appliquer ces préceptes à tous les niveaux de l’entreprise.

Qu’est-ce que la conduite du changement ?

Le changement est donc inéluctable. L’éviter ou le refuser ne peut mener qu’à l’échec. À l’inverse, accueillir le changement comme il se doit semble aujourd’hui être la clé du succès des entreprises les plus innovantes.

Néanmoins, une telle métamorphose ne s’opère pas d’un jour à l’autre. C’est un processus de longue haleine, nécessitant de chacun qu’il s’investisse pour sa réussite. Or, nous présentons tous une certaine résistance naturelle au changement, pouvant engendrer défiance et scepticisme. C’est pourquoi il est essentiel d’instaurer rapidement une culture du changement au sein de l’entreprise.

La conduite (ou gestion) du changement est un ensemble de méthodes destinées à l’accompagnement des collaborateurs en situation de transition majeure - comme la transformation digitale. Adopter une stratégie de conduite du changement à un stade précoce du projet permet de lever les craintes et de favoriser l’adoption des nouvelles solutions et pratiques.

Planifier sa transition vers l’industrie du futur

Comme pour tout changement majeur, préparer sa transition vers l’industrie du futur sera accompagné de son lot d’incertitudes. Toute organisation a besoin d’une vision claire pour se projeter et aborder sereinement l’avenir. Ainsi, élaborer un planning lui confèrera l’agilité et la sérénité nécessaire à sa réalisation.

Planifier sa transition permet à l’entreprise de mieux en appréhender les conséquences financières, humaines et organisationnelles. En outre, la définition du projet contribue à poser les bases d’une croissance à long terme : gestion des coûts et des ressources, engagement des collaborateurs, gestion des risques…

La planification est l’occasion pour les porteurs du projet d’en dresser le cadre pour l’ensemble des parties prenantes. Il s’agit là de revenir sur les raisons de la transition : quels sont les besoins de l’entreprise ? Quelles en sont les priorités ? Quels apports technologiques permettront d’y répondre ? Communiquer sur ces objectifs aura par ailleurs un effet bénéfique sur l’engagement des collaborateurs, qui se sentiront intégrés aux prises de décision.

Dans cette même optique, il est conseillé de segmenter le projet en étapes auxquelles seront associées des échéances les plus précises possibles. Naturellement, à chacune de ces étapes correspondent aussi des tâches et sous-objectifs, des ressources financières, humaines et matérielles.

Enfin, cette première étape « d’élagage » offre aux acteurs du projet une visibilité sur les éventuels obstacles auxquels ils devront se confronter. Or, sur la voie de l’industrie du futur, l’une des résistances les plus difficiles à appréhender est probablement le facteur humain. Pour cela, la conduite du changement offre d’intéressantes perspectives.

L’humain au cœur de l'industrie du futur

Pour un grand nombre d’employés, le changement peut être source d’angoisse : de l’incompréhension face à un projet de grande ampleur, à la frustration de ne pas maîtriser son nouvel environnement de travail.

Selon une étude publiée par le cabinet de conseils CEB en 2016, plus de 70 % des entreprises favoriseraient une approche par le haut dans le but d’obtenir des résultats rapides. Cependant, face à la flexibilité prônée par l’industrie du futur, une telle méthode ne semble plus appropriée. Le changement ne saurait être imposé ; il doit être accepté par les équipes concernées.  On parle alors d’engagement des collaborateurs.

La conduite du changement préconise aujourd’hui une méthodologie plus moderne, plus inclusive. Dès la phase de planning, il est recommandé d’identifier les détracteurs, ainsi que les sympathisants au projet. L’objectif étant, à travers un ensemble d’actions, de les rendre acteurs du changement et ainsi de faciliter l’adoption des nouvelles technologies.

Dans cette approche « open-source », le facteur humain devient un véritable levier de la transformation digitale. Il est courant pour les porteurs de projet d’identifier et d’intégrer au processus certains collaborateurs ouverts au changement. Ces derniers joueront, tout au long de la période de transition, le rôle d’ambassadeurs. De nature curieuse et sociale, ils porteront le projet à l’échelle du terrain en encourageant leurs collègues à adopter les nouvelles technologies.

Il est tout aussi important d’identifier rapidement les détracteurs du projet. En aucun cas leurs appréhensions ne devront être négligées. Pour que la transformation digitale soit menée à bien, il est essentiel d’en souligner les avantages pour chaque département.

Par exemple, un technicien de maintenance pourrait se sentir menacé par l’essor de l’industrie du futur. Il s’agit alors de lui démontrer en quoi une GMAO nouvelle génération, associée à des capteurs IoT, par exemple, facilitera ses tâches quotidiennes.

industrie-du-futur-gmao-mobile

Où qu'ils soient, les techniciens de maintenance ont accès aux équipements depuis la GMAO mobile Mobility Work

Essayer gratuitement notre application de maintenance

Qu’il s’agisse de l’une ou de l’autre des situations, les porteurs du projet devront accompagner les employés au mieux. Pour cela, il est de rigueur de leur fournir toutes les ressources nécessaires (supports pédagogiques, formations, tutorat, assistance technique…) afin de faciliter la prise en main de leurs nouveaux outils.

En développant la plateforme Mobility Work nous avons pensé des solutions intuitives, faciles à prendre en main, pour accompagner nos utilisateurs dans leur transformation numérique.

Communiquer et s'adapter

En période de changement, la communication est déterminante. Ce n’est qu’à travers une communication claire et des échanges fréquents avec les parties concernées que s’instaure un climat de confiance.

À ces fins, il convient de définir un plan de communication, dont la première étape sera d’exposer à l’ensemble de l’organisation les motivations derrière cette transformation digitale, son déroulé, mais avant tout les avantages (à la fois stratégiques et pratiques) qu’elle représente. Pour cela, les dirigeants peuvent se reposer sur les ambassadeurs du projet, lesquels auront à cœur de relayer cette information à leurs proches collaborateurs.

Néanmoins, ces derniers devront aussi prendre garde à ne pas instaurer une communication à sens unique. La pertinence du projet – et de l’industrie du futur – réside en cela qu’il est pensé pour et par les équipes terrain. Aussi, il est bon de rassembler autour de la transition numérique une équipe pluridisciplinaire avec laquelle discuter des perspectives d’évolution du projet.

C’est, par exemple, en considérant les problématiques quotidiennes des équipes de maintenance, et en échangeant directement avec elles qu’a été conçue la GMAO Mobility Work.

Le changement est un processus de longue haleine. Trop souvent, les entreprises relâchent leurs efforts en chemin. Engager un véritable dialogue au sein de l’organisation, et multiplier les canaux de communication, permet de pérenniser le programme. Au bout d’un certain temps, les collaborateurs se feront eux-mêmes relais de la stratégie. Aux décideurs de leur fournir les moyens d’échanger bonnes pratiques, conseils et entraides…

Si flexibilité et interconnectivité sont les maîtres mots de l’industrie du futur, ils conviennent également à la conduite du changement. Afin de garantir le succès de leur entreprise, les dirigeants doivent s’assurer en permanence de la cohérence de leurs actions. Collecter et analyser des retours terrain, ainsi que des données tangibles leur permettra d’ajuster leur trajectoire en fonction des besoins de l’entreprise.

industrie du futur gmao maintenance