Partage de données : quel potentiel pour la supply chain ?

Entre 2015 et 2022, le volume total de données produites devrait être multiplié par 300. Le partage de données est au coeur de l'industrie 4.0. Maintenance préventive ou automatisation de la production : de nombreux processus industriels dépendent aujourd'hui de leur analyse. Néanmoins, il est nécessaire de voir au-delà des murs de son usine. En se restreignant à l’analyse de leur données propres, les acteurs de la supply chain (SC) limitent le champ de leurs possibles.

L'échange d'informations est un levier majeur de performance et de compétitivité. Réactivité de la chaîne de production, innovation ou gestion des risques ne sont que quelques unes des possibilités. Comment les entreprises peuvent-elles tirer profit de ces données circulantes ? Dans quel contexte a-t-on recours au data sharing ?

Pourquoi miser sur le partage de données ?

La transparence découlant de l’échange systématique d’informations présente de nombreux avantages :

  • Collaboration. Le partage de savoirs favorise la coordination entre partenaires. La distance (géographique, temporelle ou informationnelle) est l’un des défis majeurs de la SCM. L’essor des solutions de data sharing permet aujourd’hui d’y pallier et d’instaurer un climat de confiance entre acteurs de la SC.
  • Qualité & efficacité de la production. Grâce au data sharing, chaque maillon de la chaîne d’approvisionnement dispose d’une connaissance approfondie de sa structure et des dynamiques qui la régissent. À tout moment, ses acteurs sont en mesure de prendre des décisions communes dans l’optique de répondre à une situation de crise ou d’améliorer les processus. D’autre part, les fabricants peuvent s’assurer que les matières premières ou les conditions de production répondent aux exigences des clients en terme de qualité, de sécurité mais aussi d’éthique.
  • Gestion des risques. Contrôle GPS des livraisons, évaluation en temps réel de la performance des équipements, du niveau des stocks, meilleure traçabilité des ressources… Les opérateurs disposent aujourd’hui des moyens de suivi nécessaires pour identifier les risques les menaçant et y apporter les solutions nécessaires avant de souffrir des répercussions.
  • Réduction des coûts. Le partage de données entre acteurs de la chaîne d’approvisionnement se traduit par une plus grande précision dans le pilotage des activités et des ressources (financières, humaines ou matérielles). Par exemple, une connaissance approfondie des rythmes de production et de ventes, ainsi que de l’utilisation des ressources permet aux usines de réduire leurs stocks et, par conséquent, les coûts associés.

Comment appréhender le partage de données ?

Nous voyons encore trop souvent la chaîne d’approvisionnement comme une succession d’éléments physiques. Pourtant, nous sommes bien témoins aujourd’hui de sa digitalisation. L’Internet des Objets (IoT) et la blockchain notamment jouent un rôle fondamental dans cette évolution de la gestion de la supply chain. Le basculement vers un modèle interconnecté est désormais envisageable à plus grande échelle grâce à des solutions logicielles de plus en plus abordables. Quelle qu’en soit la complexité, les opérateurs de la chaîne d’approvisionnement peuvent désormais suivre le cycle de vie d’un produit de bout en bout. Les partenaires partagent des données en toute sécurité tout au long de la chaîne de valeur de façon sécurisée.

Avant de s’engager dans cette voie, il est préférable de s’interroger sur le patrimoine existant. Quel est le volume de données produites ? Quelles en sont les sources ? De quels moyens dispose-t-on pour la collecte et l’analyse ? Une fois ces points éclaircis, il convient d’établir une infrastructure, un cadre organisationnel afin d’en tirer pleinement les avantages. Les données sont structurées en fonction de leur origine et de leur nature : publiques ou anonymes, volatiles ou persistantes… Il est alors possible d’élaborer une stratégie en adéquation avec son secteur d’activités.

Production et maintenance

Les nouvelles solutions industrielles connectées (capteurs intelligents, jumeaux numériques, etc.) apportent une dynamique nouvelle à la chaîne de valeur. Adaptabilité de la production aux évolutions de la demande, réactivité des opérations de maintenance en fonction de l’état réel des équipements, flexibilité des approvisionnements selon les besoins en ressources matérielles.

Les entreprises de l’Industrie 4.0 juxtaposent deux environnements complémentaires que sont l’IIoT et l’automatisme dans un souci de productivité. Outre l’automatisation de la production, ceux-ci permettent de nombreuses applications. Des technologies émergentes offrent aux opérateurs une visibilité en temps réel sur la chaîne de production. Les données sont collectées directement sur les équipements par des capteurs intelligents, puis analysées à l’aide de puissants algorithmes. Elles sont ensuite retranscrites visuellement sur des interfaces 3D telles que les jumeaux numériques.

Dans le cadre d’une stratégie de maintenance prédictive, la circulation de ces flux permet d’anticiper des événements tels que des dysfonctionnements ou des pannes, mais aussi de mieux gérer ses ressources matérielles, humaines ou énergétiques.

partage-de-données-analyse-gmao

Les utilisateurs de la GMAO peuvent analyser leurs données grâce à l'analytique intégré

Fournisseurs : rejoignez Mobility Work

Analyse de marché et production sur-mesure

Interopérabilité et collaboration des systèmes sont au cœur du modèle de data sharing. Cela implique notamment une coopération entre les différentes fonctions de l’entreprise. Le partage de données entre équipes Production et Achats s’inscrit dans cette logique de flexibilité et de réactivité. A l’image de la ligne de production, les stocks font l’objet d’un suivi en temps réel.

De grands acteurs de la distribution, comme Amazon, misent déjà sur le potentiel de l’IoT pour la gestion de leurs inventaires. En y installant des capteurs intelligents, les responsables hors sites suivent en direct le mouvement des marchandises et anticipant les commandes. Appliqué à l’industrie, cela permet d’aligner le rythme des approvisionnements sur les besoins des équipes terrain.

Les nouveaux modèles de supply chain connectée tendent vers des échanges réciproques. Les Achats reçoivent et injectent des données vers la chaîne de production. Toujours à l’écoute du marché, les acheteurs fournissent aux équipes de précieux renseignements sur les clients finaux. Ainsi la production se fonde sur des indicateurs internes (capacité et rythme de production) mais aussi externes (facteurs clés de la demande, état du marché et de la concurrence).

Acheteurs et relations fournisseurs

Le partage de données joue un rôle primordial dans le sourcing et les relations fournisseurs. Des solutions collaboratives telles que Mobility Work permettent aux organisations d’accéder à de nouveaux profils. En intégrant Mobility Work Hub, les fournisseurs partagent leur catalogue de produits directement avec les utilisateurs de notre GMAO communautaire (gestion de maintenance assistée par ordinateur). Ceux-ci peuvent ensuite prendre contact avec le fabricant de leur choix depuis l'application.

Une fois la commande passée, le partage de données entre partenaires facilite grandement les activités logistiques et le transport. Le tracking GPS permet un suivi exact des marchandises en transit et donc une meilleure anticipation des délais de livraison. Le chargement et le déchargement sont décentralisés grâce à l’association de drones et d’une technologie de modélisation 3D des bâtiments.

En automatisant ainsi des opérations à faible valeur ajoutée, l’organisation réalise des économies notables en termes de délais, mais aussi de coûts opérationnels.

Données clients

Véritable cercle vertueux, la supply chain 4.0 ne pourrait s’envisager sans les utilisateurs finaux. Les stratégies de production et de commercialisation sont pensées pour mais aussi – dans une certaine mesure - par les clients. En interagissant avec leurs produits, ces derniers génèrent une grande quantité de data à haute valeur ajoutée. Centres d’intérêts, modes de consommation, habitudes d’achats, préférences de livraison…  

Le client unique n’existe pas. La clientèle d’une entreprise est généralement composée de plusieurs profils aux attentes et habitudes de consommation différentes. En analysant les retours clients, les entreprises font ressortir les spécificités de chaque groupe de clients et dressent ainsi un tableau le plus exhaustif possible.

Mobility Work est la première plateforme communautaire dédiée à la relation entre fournisseurs industriels et experts de maintenance. Mobility Work Hub met à disposition de ses utilisateurs des données statistiques sur l’utilisation de leurs produits. Ces retours clients leur permettent par la suite d’améliorer leur offre ou d’affiner leur orientation marketing.

partage-de-données-hub

Récupérez et analysez vos données terrain issues de la GMAO Mobility Work

Obtenir des retours clients

Aujourd'hui, le partage de données apporte la promesse de performance, de qualité et de flexibilité. Néanmoins, les entreprises se doivent d'abord de repenser leur approche de la technologie et des données. Leur stratégie ne doit plus se fonder sur une image de l’entreprise comme îlot isolé, mais sur une vision collaborative de la chaîne d’approvisionnement. Alors seulement les entreprises pourront exploiter les leviers de développement qu’offre la data.

C’est dans l’objectif de faciliter les échanges entre acteurs de l’industrie que nous avons développé Mobility Work Hub. Vous avez envie d’en savoir plus ? Planifiez une démo gratuite avec nos équipes.